Lifelong Learning Programme

This project has been funded with support from the European Commission.
This material reflects the views only of the author, and the Commission cannot be held responsible for any use which may be made of the information contained therein

Also available in:

"I Am Not Scared" Project

Homepage > Database > Good Practies List > Good Practice Form

Database

TITLE OF GOOD PRACTICE:

Projet-pilote « Ateliers du bien-être ». Année scolaire 2010- 2011

KEYWORDS:

Accueil, expression libre, décryptage des émotions, aménagement de la classe, dialogue

GOOD PRACTICE TYPOLOGY:

Projet d'école

TARGET GROUPS:

Elèves de 1ère secondaire et leurs enseignants

WORKING GROUP COORDINATING THE INITIATIVE:

Enseignants du Lycée Dachsbeck Bruxelles, Echevinat de l’Instruction publique et de la Jeunesse de Bruxelles, Professeur Isidore Pelc de la faculté de médecine de l’ULB.

COUNTRY WHERE IT TOOK PLACE:

Belgique - Brussels

LANGUAGE OF THE REVIEW:

French

DEFINITION OF TARGET GROUP:

Parents, Teachers, Young People.

DESCRIPTION OF THE GOOD PRACTICE:

Enseignants du Lycée Dachsbeck Bruxelles, Echevinat de l’Instruction publique et de la Jeunesse de Bruxelles, Professeur Isidore Pelc de la faculté de médecine de l’ULB (qui milite depuis longtemps pour l’instauration « d’ateliers du bien-être » dans les écoles).

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la politique d’éducation à la santé menée dans tous les établissements scolaires de la ville de Bruxelles. Elle a reçu le soutien du Fonds Houtman (Fondation crée par l’ONE en 1989, pour accompagner des actions destinées à venir en aide à l’enfance en difficulté physique, psychique ou sociale).

Les ateliers sont animés par des enseignants sur base volontaire.


Le projet est encadré par un comité composé de trois enseignantes du Lycée, une assistante sociale du Centre PMS de la Ville de Bruxelles et le Professeur PELC.

Le comité se charge d’organiser les différentes formations (analyse des questions liées au bien-être et au développement humain) pour les enseignants volontaires. Ceux-ci constituent un réseau de professeurs-référents, instruits sur toutes les problématiques auxquelles les jeunes adolescents sont confrontés.




L’objectif de ce projet-pilote est de favoriser le bien-être et le développement humain de l’élève et de l’enseignant pour contribuer au « Mieux Vivre Ensemble à l’école ».

"C’est très simple, répond son instigateur, le professeur Pelc. Il ne s’agit pas d’ajouter des cours ou des séminaires au programme, mais bien de profiter de ce qui se fait à l’école, en tant que lieu de vie, sachant que l’enfant passe parfois plus de temps dans la structure scolaire qu’au sein de sa famille. A l’école, on peut dépister ou identifier un enfant qui semble plus violent, plus désintéressé ou plus déprimé que les autres".

Le projet a démarré à la rentrée scolaire 2010 et concerne les 155 étudiants de 1ère  secondaire (qui viennent de vivre un changement important qui peut engendrer stress, doute et perte de confiance) et leurs enseignants.


Quatre actions ont été mises sur pied :


1) Chouette rentrée : il s’agit de l’accueil des élèves de première par un professeur familiarisé avec la gestion mentale, un membre du PMS et quelques rhétoriciens volontaires.

En lieu et en place de la séance officielle où sont habituellement et essentiellement évoquées les règles et discours administratifs, les élèves jouissent d’un accueil au cours duquel ils découvrent leur nouvel environnement, participent à l’élaboration du règlement d’ordre intérieur, apprennent des exercices de relaxation et de concentration.

Au cours de l’année, les animations se poursuivent tous les 15 jours et sont accompagnées d’entretiens individuels.

Les parents, également, ont leur « chouette rentrée ». Des échanges réguliers se mettent en place entre eux et les enseignants. Des jeux de rôle sont également organisés dans le but de mettre en évidence ce que l’école attend d’eux et inversement.

Au cours de l’année, des rencontres ont lieu afin de renforcer les liens et l’attachement entre les différents partenaires sans évocation des performances scolaires.

Les objectifs sont d’avoir un contact positif et d’établir une relation de confiance entre tous les partenaires et ce, en travaillant sur des situations concrètes.


2) Des séances d’expression libre sont organisées sur différents thèmes tels que l’amitié, le lien, l’ouverture, l’information, la rencontre, l’autorité… afin d’améliorer les relations humaines et instaurer un climat de confiance au sein de l’établissement.


3) Le décryptage des émotions : l’objectif de cet atelier est de permettre à chacun de déterminer quels sont ses besoins, d’apprendre à les exprimer clairement et de mettre en place des moyens pour y répondre ou pour gérer ses frustrations.


4) L’environnement scolaire : afin que les élèves se réapproprient leur école et leur cadre d’apprentissage, ils sont amenés à participer à l’aménagement et à la décoration de leur classe.


RESULTS:

Les résultats attendus, envisagés dans le long terme, sont :

  • la construction de l’identité en milieu scolaire

  • l’amélioration du climat scolaire

  • le développement de l’assertivité des élèves et des professeurs

  • la motivation des élèves

  • la réussite scolaire

INDICATORS:

Parent training/meetings, Classroom management, Teacher training, Duration for children (at least one academic year).

EVALUATION:

Cette initiative permet d’agir face à la complexité croissante des impératifs, non plus uniquement pédagogiques mais aussi éducatifs qui s’imposent de fait à l’école :




  • la population scolaire et les adolescents ont changé. La mission de l’enseignement ne se cantonne plus uniquement à l’acquisition des savoirs et savoir-faire, mais doit également viser l’éducation à la citoyenneté des élèves.


  • les centres PMS constatent, entre autre, l’apparition de phobies scolaires et de « boucs émissaires » au sein des classes.


  • la banalisation de la violence est en progression. Se bousculer, se frapper, s’insulter « pour rire » devient petit à petit un comportement normal.


  • l’échec scolaire peut provoquer un sentiment d’exclusion chez certains élèves. Leur démotivation est également, parfois, « contagieuse » et peut contribuer à une détérioration du climat d’apprentissage au sein d’une classe.


  • enfin, le cadre d’apprentissage, s’il n’est pas optimum, accentue la désaffection, entendue ici comme la diminution de l’investissement positif des élèves vis-à-vis du lycée.


Pour remédier à ces constats, l’équipe pédagogique a mené, durant l’année scolaire 2009-2010, une réflexion sur le « mieux vivre ensemble à l’école ». Une journée pédagogique animée par le Professeur PELC a ainsi été organisée et plusieurs enseignants ont participé au colloque international « A l’école du Bien-être et du développement humain durable” qui visait à identifier tout ce qui, au quotidien, contribue à l’épanouissement des élèves et les aide à développer les clés pour gérer et affronter les difficultés.

Les « ateliers du bien-être » ont été mis en place dans la foulée (année scolaire 2010-2011).



pages

REFERENCES TO OTHER EVALUATION:

Article du journal « La Libre » sur l’activité militante du professeur Pelc en faveur des « ateliers du bien-être ».
http://www.lalibre.be/societe/divers/article/556057/pourquoi-des-ateliers-du-bien-etre-a-l-ecole.html

NAME OF COMPILER:

Martine PRIGNON

NAME OF INSTITUTION:

INFOREF

ROLE:

Réalisatrice de projets

I Am Not Scared Project
Copyright 2017 - This project has been funded with support from the European Commission

Webmaster: Pinzani.it